Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 15:52

Les pays en développement portent déjà le fardeau du poids des maladies dans le monde. Leurs populations sont souvent sous-alimentées, ne disposent pas d'accès à l'eau potable et contractent des maladies infectieuses telles que le paludisme. Ils sont également confrontés à une épidémie croissante de maladies chroniques telles que le diabète ou le cancer. 

Le climat pourrait aggraver ces problèmes et ce de nombreuses façons. L'évolution dans la configuration des pluies et l'élévation du niveau des mers exposent certaines zones à la sécheresse, et d'autres aux inondations, deux situations aux conséquences désastreuses pour l'accès à l'eau potable. A son tour, cette situation est synonyme d'une probable propagation des maladies d'origine hydrique comme le choléra et la diarrhée, qui à elle seule, tue près de deux millions d'enfants chaque année.

On s'attend à une progression de la faim et de la malnutrition, les évènements météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents détruisant les cultures, changeant les modes d'infestation des cultures, et le sel s'infiltrant dans les zones côtières inondées.

Les changements climatiques aggraveront également la pollution de l'air. La température et l'humidité ont tous deux une influence sur la formation des polluants de l'air et des particules fines. Des preuves semblent indiquer que les particules fines contribuent aux maladies respiratoires, en particulier chez les enfants. L'OMS estime que 800 000 personnes meurent déjà chaque année à cause de la pollution de l'air ambiant.

Une question particulièrement préoccupante concerne la façon dont les changements climatiques affecteront la propagation des maladies transmises par les insectes. Parmi ces maladies figurent la dengue, le paludisme, la maladie de Lyme, le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift, le chikungunya et la fièvre jaune. Toutes se propagent par la piqûre de 'vecteurs' tels que les moustiques, les tiques et les mouches.

A l'heure actuelle, les chercheurs concentrent une bonne partie de leur attention sur la dengue et le paludisme, en partie parce que ces maladies sont très répandues, mais aussi parce que les épidémies semblent liées au climat. Des précipitations abondantes dans des zones normalement sèches, par exemple, peuvent créer des flaques d'eau stagnantes dans lesquelles les moustiques se reproduisent.

Mais les liens entre le climat et les maladies transmises par les insectes sont loin d'être simples

Les mêmes précipitations abondantes, mais dans des régions humides cette fois, pourrait faire reculer le paludisme en emportant les moustiques immatures dans les flots. De la même façon, les changements de température peuvent produire des effets opposés, en fonction du lieu.

La dynamique de la transmission du paludisme, ainsi, dépend à la fois de l'immunité de la population humaine et des niveaux de résistance du virus aux médicaments. D'autres facteurs écologiques et sociétaux sont également importants : les réseaux de stockage des eaux et les systèmes d'évacuation, les pratiques agricoles, la déforestation, la densité de la population, les conditions de vie, les programmes de lutte et les infrastructures de santé jouent tous un rôle dans la détermination de la portée et de la propagation du paludisme.

Ici nous vous présentons les effets des changements climatiques sur les maladies transmises par les insectes indiqués dans différents projets de recherche.

 

1 Facteur climatique

 

AUGMENTATION DE LA TEMPERATURE

Effets potentiels sur le vecteur

  • Baisse de la survie de certaines espèces de moustiques
  • Changement de susceptibilité à certains pathogènes
  • Croissance démographique
  • Augmentation du taux d'alimentation pour lutter contre la déshydration (donc contact vecteur-humain plus élevé)
  •  Extension des distributions saisonnière et spatiale

Effets potentiels sur le pathogène

  • Incubation plus rapide chez le vecteur
  • Extension de la saison de transmission

 

  • Distribution étendue

 

 

 

2 Facteur climatique

 

BAISSE DES PRECIPITATIONS

 

Effets potentiels sur le vecteur

  • Accroissement du nombre de moustiques se reproduisant dans des récipients à cause du stockage de plus grandes quantités d'eau
  • Nombres plus élevés de vecteurs qui se reproduisent dans les lits desséchés de rivières
  • Réduction - ou élimination - des vecteurs tels que les escargots d'eau, avec la sècheresse

 

 

3 Facteur climatique

 

AUGMENTATION DES PRECIPITATIONS

 

Effets potentiels sur le vecteur

  • Augmentation de la survie des vecteurs en raison de l'augmentation de l'humidité
  • Plus d'habitats potentiels en aval des inondations pour des vecteurs tels que les escargots d'eau
  • Les fortes pluies peuvent synchroniser la recherche de l'hôte par le vecteur et la transmission de virus
  • Sites de reproduction emportés par de fortes pluies
  • Destruction de l'habitat par des inondations

 

Effets potentiels sur le pathogène

  • Faibles preuves des effets directs

 

 

4 Facteur climatique

 

ELEVATION DU NIVEAU DE LA MER

 

Effets potentiels sur le vecteur

  • Augmentation de l'abondance des moustiques qui se reproduisent dans des eaux saumâtres

Partager cet article

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article

commentaires