Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 18:04

unescologo.gifL’eau est essentielle à la vie sur Terre. Pour que les populations humaines et les écosystèmes puissent se développer, l’eau doit être propre, elle doit rester propre et surtout elle doit être accessible à tous.

La Journée mondiale de l’eau 2010 a pour thème « De l’eau propre pour un monde sain ». Alors que nous célébrons cette journée, examinons les faits. Plus de 2,5 milliards de personnes vivent sans installations sanitaires suffisantes. On estime à 884 millions le nombre de personnes qui n’ont pas accès à une eau de boisson salubre, la plupart se trouvant en Afrique. Chaque année, environ 1,5 million d’enfants meurent de maladies transmises par l’eau. La dégradation de la qualité de l’eau des rivières, des fleuves, des lacs et des nappes souterraines a des répercussions directes sur les écosystèmes et la santé des êtres humains. Une telle situation représente une terrible tragédie humaine, et un obstacle majeur pour le développement.

Avec les maladies liées à l’eau et les difficultés financières supplémentaires qu’elles impliquent, les chances qu’ont les familles pauvres de donner une éducation à leurs enfants se réduisent. La génération suivante se trouve ainsi privée de la possibilité d’améliorer ses propres conditions de vie et de briser le cycle de la pauvreté et de la misère dans lequel elle se trouve enfermée. Une eau propre et des installations sanitaires correctes sont donc la clé de tout. Pour relever

le défi de la qualité de l’eau, il est indispensable de s’attacher à prévenir et contenir la pollution et à adopter des stratégies de remise en état.

De nombreuses rivières, naguère sources de prospérité pour l’homme et d’abondance pour les espèces sauvages, sont à présent fortement polluées. La dégradation de la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines exacerbe encore la pénurie d’eau et a des répercussions négatives sur notre milieu naturel et sur les services et biens de l’écosystème qu’il produit, compromettant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance.

En ces temps de réduction des dépenses, alors que les difficultés économiques remettent en cause l’investissement pour le développement, il faut dire clairement que les bénéfices qui découlent du développement compensent amplement les coûts occasionnés. On estime que la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement concernant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement permettra d’économiser globalement plus de 84 milliards de dollars. Nous disposons déjà des connaissances scientifiques nécessaires pour réaliser des avancées immédiates dans la fourniture d’une eau propre et de services d’assainissement, mais le financement doit suivre. Les chercheurs mettent au point de nouveaux moyens ingénieux pour préserver de la pollution les eaux de surface et les eaux souterraines et assurer une meilleure gestion de l’eau. Institution chef de file au sein du système des Nations Unies pour les sciences et l’éducation dans le domaine de l’eau, l’UNESCO va de l’avant avec toute une série de programmes destinés à approfondir ce savoir-faire. Le Programme hydrologique international de l’UNESCO s’emploie activement à favoriser la science et la connaissance permettant de préserver la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines. L’UNESCO contribue également activement à l’évaluation de l’état des ressources en eau douce dans le monde, avec le Rapport mondial sur la mise en œuvre des ressources en eau coordonné par le Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau, dont le secrétariat est hébergé et dirigé par l’UNESCO. Depuis 2003, l’UNESCO a supervisé la formation de dizaines de spécialistes et d’ingénieurs en hydraulique provenant de pays en développement à l’Institut pour l’éducation relative à l’eau (UNESCO-IHE), établissement de niveau mondial implanté aux Pays-Bas. L’UNESCO favorise le renforcement des capacités pour une meilleure gestion des ressources en eau grâce aux centres et aux chaires pour l’eau établis sous ses auspices dans de nombreuses régions du monde.

Il reste encore beaucoup à faire pour changer la vie de millions de personnes. En cette Journée mondiale de l’eau, j’exhorte les gouvernements, la société civile, le secteur privé et toutes les parties prenantes à placer l’objectif « De l’eau propre pour un monde sain » au tout premier rang de leurs priorités.

Irina Bokova

Partager cet article

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans INVITES
commenter cet article

commentaires