Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 22:52

SOS

 

SOS.jpg

 

 

POUR VOUS

POUR NOUS

SAUVEZ VOUS!

SAUVEZ NOUS!


 

SOS SOS SOS SOS SOS

SOS

SOS

SOS

SOS SOS SOS SOS SOS

                             SOS

                             SOS

                             SOS

SOS SOS SOS SOS SOS

 

 

   

SOS SOS SOS SOS SOS

SOS                       SOS

SOS                       SOS

SOS                       SOS

SOS                       SOS

SOS                       SOS

SOS                       SOS

SOS SOS SOS SOS SOS

 

SOS SOS SOS SOS SOS

SOS

SOS

SOS

SOS SOS SOS SOS SOS

                             SOS

                             SOS

                             SOS

SOS SOS SOS SOS SOS

 

 

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 14:10

Pour Z

   kalasch.jpg 

DEPOSEZ LES ARMES !

 

A tous les combattants de tous les camps

C’est le moment de quitter les champs

Déposez  maintenant les armes

Vous avez trop fait couler nos larmes

Il faut déserter les terrains minés

Car la guerre est bel et bien terminée

Car de deux choses l’une : ex- combattants,

Vous battiez-vous pour le plaisir ou pour la paix?

Ou vous aimez la guerre 

Et vous vous battez pour le plaisir 

Mais réellement qui êtes-vous ex-combattants ?

Des  hommes qui regrettent d’avoir été obligé

D’en venir aux armes pour se défendre ?

Des hommes qui ont fait leurs preuves de combattant ?

Des  hommes qui ont gagné une guerre ?

Mourir pour la patrie, c’est bien.

Encore faut-il ne pas mourir tous car où sera la patrie ?

Ce n’est pas la terre, ce sont les gens la patrie,

Les enfants, les femmes, ce sont les civils

Que l’on est censé défendre

On ne devrait pas se vanter d’avoir fait la guerre,

On devrait profondément la regretter

Les ex-combattants sont les mieux placés

Que quiconque pour haïr la guerre

Se battre sans voir pourquoi l’on se bat

N’est point le fait d’un héros

Et quand la guerre est terminée

Les soldats n’ont rien de plus pressé

Que de redevenir civils,

Ou de repartir dans leurs casernes

Il n’y a pas jamais de bonne guerre

Ni de mauvaise paix, alors

A tous les  combattants  de tous les camps

C’est le moment de quitter les champs

Déposez  maintenant  les armes

Vous avez trop fait couler nos larmes

Il faut déserter les terrains minés

Car la guerre est bel et bien terminée

 

KOMENAN NARCISSE

 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 17:44

image-terrible.jpg

 

 

COMMENTAIRES

 

Inhumain et Triste

Ce à quoi on assiste

Je n’ai plus de mots

C’est dommage, le chaos

Tel massacre ! Jusqu’à quand ?

Le pouvoir aveugle vraiment !

Toujours des gens pour justifier

Sans prendre la peine de vérifier.

Au nom de quelle politique

Fait-on ces plans diaboliques ?

Mon cœur saigne

Tant de haine

C’est la terreur qui règne

Que dire devant ces scènes ?

Inquiétude et désarroi

Affolement, effroi

Que de  bestialité !

Que de Monstruosité !

Ces personnes qui fuient,

Ces vies qu’on détruit,

C’est effrayant, c’est malsain

Des crimes inhumains

Honte ! Quelle honte !

Règlement de compte,

Abysses d’inhumanité,

Seul Dieu nous dira la vérité.

Je m’incline devant tous ces morts.

Je salue la mémoire des tous ces corps.

Je m’incline devant ceux qui n’ont pas survécus.

Paix à l’âme de tous les disparus.

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 02:03

outa-gba.jpg

 

 

CE NE SE SONT PAS EUX !

 

 

Pour L-E

 

Ce ne sont  pas des mercenaires

Ce ne sont  pas des militaires

Ce ne sont  pas des missionnaires

Ce ne sont pas des émissaires

Eux, ils sont tous nos frères

Eux, ils sont tous nos pères

Elles, elles sont toutes nos mères

Elles, elles sont toutes nos sœurs

Tous ceux qui périssent, qui meurent

face aux balles, à la terreur

Devant ces scènes, l’horreur

Dans la patrie, la barbarie

Le système politique de la démoncratie

La peur le jour et la nuit

Avec ce qui se fait aujourd’hui

Bien qu’ils n’aient pas réussi

Que feront- ils  pour gagner demain

Quand tout deviendra incertain ?

 

KOMENAN NARCISSE

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 21:27

P1040413.JPGENSEMBLE

pour SA

 

C’était trop beau

C'était trop bien

C’était trop juste

On s'était bien amusé

J’ai bien aimé avec toi

Ton sourire, ta bouche, ton nez

C’était avec toi, tes grands yeux

Ensemble

C’était avec les gâteaux

Autour des tasses de thé

Et puis, c'était dans la voiture

Ensuite, c'était dans la chambre

Et encore ensemble

Seulement,

On n'en a pas assez profité,

C’était tout simplement

Un laps de temps

Mais c'était

C’était

Tout de même

Sublime…

 

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 17:03

coeur-brise.jpg

Cœur brisé

Pour S.

Ce soir là, chez toi

Alors que le soleil

Doucement se couchait,

Sur les cousins d’une terrasse,

On savourait ensemble avec appétit 

Ce repas à base de sorgho.

Mon regard  sur la beauté de ta silhouette

Devant moi, me fascinait à ne point finir

Pourtant, ce n'était que le premier jour

Cette rencontre mille fois prévue

Planifiée, mais jamais tenue.

Aujourd’hui on avait réussi.

Depuis le début de mon séjour ici

Personne ne m'avait jamais rien dit

Personne ne m'avait impressionné

Personne ne m’a jamais fait d’effet

Mais voila, j'étais là

A même le sol, assis.

Comme si je te connaissais déjà

Tu apparaissais comme une dame

Dans ta splendide robe africaine

Oui ! la jeune fille que tu devins

Après que tu eu changée ton "kaba"

Pour revêtir ce vêtement moulant

Mettant en valeur les courbes et les pointes

Tu  rajeunis de dix ans en dix minutes

Tu étais là, tout près

Maintenant à ma portée

Tes cheveux si longs et si lisses

Tes yeux si blancs à tirer

La peau dévoilée si propre

Tu souriais c’est vrai,

Mais je ne voyais pas que tes dents

Tu me disais en murmurant

« Parle ! Oui, parle 

J'aime entendre ta voix

J’aime t'écouter.

Dis-moi des choses »

Et tu vins te mettre à coté

Juste tout près, trop près.

Comme deux amis de longue date

On s’amusait, on chuchotait

Sans voir le temps passer.

Comment avais-je fait

Ce que je t’ai dit

Je ne sais plus

Mais nous voici dans ma chambre

La lumière satinée

On avait déjà traversé toute la ville

Dans ta petite voiture

Pour découvrir encore !

Pour  parler encore

Faire encore des photos.

Me voici en train te de prendre

Une ;

Non deux ;

Pourquoi pas trois ?

On fit cinq fois

Les photos

Toutes les positions.

Sur le chemin de l’accompagnement

Et sur la route juste avant que tu ne démarres

J’ai senti qu’en moi

Quelque chose venait de tomber

Une pièce venait d’être ôtée.

Tu partis non pas sans regret

Tu partis tout de même

Et quand je retournai en chambre

Je me rendis compte  que ce j’ai perdu

N’était rien d'autre que

Le cadenas qui bloquait l'amour.

Mon amour pour toi

J’étais enfin libre

Tu m’avais délivré

J’étais amoureux.

 

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:03

elle.jpg

 

ELLE

 

Son sourire, ses déhanchements, elle veut te séduire

Elle est là, chaque fois, près de toi au point de me faire souffrir

S’il te plait, ne la laisse pas s’incruster dans notre vie sans cesse

Te justifie pas davantage, tais toi. Tu la défends et ca me blesse

Tous ses gestes, sms, regards camouflés me fond mal.

Autour de nous tout le monde le sait mais personne ne parle.

Ne la prend surtout pas pour amie au risque de l’aimer.

Ne joue pas avec le feu, arrêtes tu vas nous brûler.

As-tu oublié nos instants magiques, ce monde idéal?

As-tu autant envie d’elle pour me laisser seule et courir la voir

Je suis là encore à t’attendre, termines cette douloureuse histoire

Dis-lui ton dernier mot, s’il te plait mets y un point final.

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 18:19

point_d_interrogation.png

 

 

Tout Est Mélangé

 

 

 

Le coq a pourtant chanté

Et il n y a eu aucun mouvement

Ni de forces constatées

Comme par le passé.

On veut bien en finir

Oui une bonne dose de rire

Mais l’équation est difficile

Après plusieurs tentatives

Aucun résultat.  Impossible !

Nous sommes fatigués

Trop c’est trop !

Tout est bloqué

Qui a des solutions ?

Qui peut être l’homme de la situation ?

Pour nous faire vivre en paix

Pour aller de l’avant

Un homme d’expérience ?

Mais voici qu’il faut changer la clé

Et juste demander à l’Homme de Dieu

De dire une bonne prière

Pour l’espoir, Un nouvel espoir

Pour l’union de la Côte d’Ivoire

Pour ensemble sauver notre pays.

 

 

Komenan Narcisse 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 11:32

info_37867_pic_0_1204274413.jpg

 

Ce texte a été écrit le soir  même de la chute du Général Gueï chassé du pouvoir par des milliers de marcheurs sur Abidjan  le lendemain des élections présidentielles de Octobre 2000. 

Il est important de mettre tout en œuvre pour que cela ne se reproduit plus. Ensemble disons « plus jamais ca »

 

 

 

CLICHES


Je vis des milliers de jeunes répondre à l’appel

Je vis de milliers de jeunes métamorphosés en rebelles

Je vis des visages noirs envahir les rues

Et je vis des pneus enflammés à tout avenue


 

Je vis des jeunes gens porter des bandeaux

Et j’aperçu tout le monde se diriger au Plateau

Là-bas je vis ce qu’on ne pourra jamais décrire

Là-bas le peuple vivait un véritable martyr


 

Là-bas les larmes et la sueur inondaient les visages

Là-bas le peuple s’armait d’un véritable courage

Là-bas certains tombaient devant l’horreur

Là-bas d’autres avançaient malgré la terreur


 

 

Et je vis alors le sang jaillir des veines

Je vis la cathédrale dans une fumée lacrymogène

Je vis alors certains treillis retourner leur veste

Et j’aperçu l’un de ceux qu’on déteste


 

Je vis le régime du Général en déclin

Alors la pluie de tirs s’interrompit enfin

Enfin j’entendis le message libérateur

Pourtant je ne crus pas que c’était la fin de l’horreur


 

Pourtant je pressentais que ce n’était pas la fin du carnage

Pourtant je ne ressentais pas qu’on venait de tourner la page…


 

 

Komenan Narcisse 

 

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 15:47

CANDIDAT.jpg

 

Si la population urbaine peut decider et voter réellement le candidat de son choix, la population illetrée et rurale va avoir du mal à élir son président. La sensibilisation sur la manière de voter n'ayant pas été un point crucial dans le programme de chaque candidat. Les Bulletins nuls pourraient venir en tête et donc au deuxième tour.

 

JE NE PEUX PAS VOTER

 

Je veux voter

Le moment est arrivé

Enfin, je vais voter

Le candidat de mon choix

On m’a montré des affiches

Mais je m’en fiche

Les posters de mon candidat

C’est seulement ça que je vois

Vote, je vais voter

On m’a présenté

Les panneaux

Dans toutes les rues

Les messages de paix

A toutes les avenues

J’ai beaucoup dansé

Quand j’ai reçu les tee-shirts

Et même de l’argent en espèce

J’ai toujours applaudi

Pour ses promesses

Partout je me suis affiché

A coté de mon camarade

Mais voici le moment du vote

Je me retrouve devant l’urne

Un bulletin unique ?

Maintenant c’est la panique

Je ne sais pas le faire

Je dois être sincère

Mon candidat, je veux te voter

Mais tu as oublié de me montrer

Tu ne m’as pas appris à voter

Désolé, je ne sais pas voter

Je suis un illettré.

 

KOMENAN NARCISSE

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans le consentement de l'auteur.

Repost 0
Published by Komenan Narcisse - dans TEXTES ET CHANSONS
commenter cet article